Seine-et-Marne - Christian Girault
Seine-et-Marne

Une ville douce, comme un pétale de ses roses. Provins lustre son passé, en particulier sa ceinture de remparts. Si elle groupe aujourd'hui environ douze mille habitant, elle en comptait quatre-vingt mille au 10e siècle. Une époque de grands privilège durant laquelle la cité frappait sa propre monnaie.
L'architecture de Vaux-le-Vicomte est affaire de symétrie. Elle se distribue de part et d'autre du salon dit "en rotonde". Quatre pavillons gonflent les angles de la construction. Le surintendant Nicolas Fouquet avait là une demeure à faire pâlir plus d'un roi, avant sa disgrâce déclenchée par Louis XIV, sur un agissement fourbe de Colbert. Dès les communs franchis, le bâtiment claque dans l'air de parfait azur. Les diverses salles enchaînent les instants précieux. Et puis, l'escalier secret mène au sommet du dôme central pour le panorama : Le Nôtre a découpé les espaces, ampleur et élégance des jardins.
Le château de Fontainebleau se souvient de tant de rois, d'empereurs aussi. Nombreux y laissèrent une trace dans la pierre ; toujours il s'agrandissait. Depuis ses origines, aujourd'hui disparues, il déroule sept cents ans d'Histoire de France. François 1er vient au domaine y chasser des bêtes "rousses et noires", y pense le style italien de la Renaissance en une galerie fabuleuse, initie l'Ecole de Fontainebleau. Son fils, Henri II ajoute la salle de Bal. Quelques ailes supplémentaires l'enrichissent, c'est Henri IV qui officie, entreprise qu'achève son successeur Louis XIII. Louis XIV est accaparé par Versailles. S'il considère Fontainebleau comme un élément passé, il fait néanmoins redessiner les jardins. Napoléon 1er y installe sa cour, dans quarante appartements rénovés : « Voilà, disait-il, la vraie demeure des rois, la maison des siècles ; peut-être n'était-ce pas rigoureusement un palais d'architecte, mais bien assurément un lieu d'habitation bien calculé et parfaitement convenable. C'était ce qu'il y avait sans doute de plus commode, de plus heureusement situé en Europe... » Quelques aménagements encore, comme les grilles d'entrée actuelles et de constantes restaurations.
Moret-sur-Loing possède encore la fraîcheur de l'âme impressionniste ; l'habitué des lieux était Alfred Sisley.

(Ces photos sont datées de 2015)

A sweet town, like a petal of its roses. Provins makes its past shiny, especially its ramparts. If it groups today about twelve thousand inhabitants, it had eighty thousand in the 10th century. A time of great privilege during which the city minted its own coins.
The architecture of Vaux-le-Vicomte is symmetrical case. It is distributed on both sides of the lounge said "in rotunda". Four pavilions flex the corners of the building. There, the Superintendent Nicolas Fouquet had a house to rival more than a king, before his disgrace triggered by Louis XIV, from a treacherous machination of Colbert. Once service quarters crossed, the building crack in the perfect azure air. The various rooms increase the precious moments. And the secret staircase leads to the top of the central dome for the panorama: Le Nôtre cut spaces out, breadth and elegance of gardens.
Fontainebleau castle remembers so many kings, emperors too. Many left a trace into the stone; always it was growing. Since its origins, now vanished, it narrate seven hundred years of history of France. François 1er comes here to hunt beasts "red and black", thinks the Italian Renaissance style in a fabulous gallery, introduces the School of Fontainebleau. His son, Henry II added the Ballroom. Some additional wings enrich it, this is Henri IV who officiates, business completed by his successor Louis XIII. Louis XIV is monopolized by Versailles. If he considers Fontainebleau as a past element, he nevertheless brings a new design to the gardens. Napoleon installs his court in forty renovated apartments: "This, he said, the true home of kings, the house of the centuries; Perhaps it was not exactly a architect palace, but certainly a well calculated and perfectly adequate place of dwelling. That was what was probably more convenient, more fortunately situated in Europe ... " Some more arrangements as the current entrance matal gate and constant restorations.
Moret-sur-Loing still has the freshness of the Impressionist soul; a frequent visitor was Alfred Sisley.

(These pictures were taken in 2015)