Meurthe-et-Moselle - Christian Girault
Meurthe-et-Moselle

Stanislas. Un roi qui connut quelques déboires sur le trône de Pologne. Afin de récupérer les duchés de Lorraine et de Bar, la France lui accorda ces terres en viager, les intégrant à son royaume à son décès. Stanislas laissa son nom sur une place à Nancy, une place qui s'illumine de dorures. Une place qui prolonge son harmonie par celle de la Carrière. Par un côté, on s'échappe alors au quartier Saint-Epvre, là où s'épanouit le palais Ducal, l'ancienne résidence des ducs de Lorraine, là où s'annoncent déjà les formes girondes de la porte de la Craffe. Nancy, c'est aussi quatre balades accrochées aux volutes de l'Art nouveau ; c'est ici qu'une célèbre école d'architecture oeuvra au tournant des années 1990, et le patrimoine est riche.
A Lunéville, on ne parle pas moins que de "Versailles lorrain". Cela se réalisa par la volonté du duc Léopold. C'était à une journée de cheval de Nancy. Le château était tellement parfait qu'il convint ensuite parfaitement à la vie de Stanislas. Par le même architecte, le château d'Haroué était demeure du connétable de Lorraine, Marc de Beauvau-Craon.

(Ces photos sont datées de 2015)


Stanislas. A king who had some setbacks on the throne of Poland. To recover the duchies of Lorraine and Bar, France granted him the land for a life annuity, incorporating it into its kingdom at his death. Stanislas left his name on a square in Nancy, a square that illuminates with gilt. It have an extension, named Place de la Carrière. From one side, we escape to Saint-Epvre district, where the Ducal Palace blossoms, former residence of the dukes of Lorraine, where already appears the curvacious forms of the Porte de la Craffe. Nancy is also four walks caught on scrolls of Art Nouveau; here has performed a famous school of architecture at the turn of the 1990s and the heritage is rich.
At Luneville, do not talk unless "Versailles of Lorraine". This wss realized by the will of Duke Leopold. It was a day's ride from Nancy. The castle was so perfect that it then agreed perfectly with the life style of Stanislas. By the same architect, the castle of Haroué was home of constable of Lorraine, Marc de Beauvau-Craon.

(These pictures were taken in 2015)