Aude - Christian Girault
Aude

La tour de Barberousse annonce Gruissan. Balnéaires, les chalets sur pilotis, aujourd'hui de béton, ne craignent plus les marées, endiguées. Mais ils affrontent avec vigueur toutes les tramontanes et... moi aussi. Fontfroide, "la fontaine froide" ou la source d'eau fraîche ; le vieux puits de l'ancienne abbaye cistercienne s'en souvient, assemble autour de lui les douces arcatures du cloître. Initiée bénédictine en 1093, le complexe reçut des modifications jusqu'en 1778, avec notamment une cour curieusement baptisée, à l'époque d'un autre règne, "Cour Louis XIV".
Châteaux cathares, ou plutôt assimilés. Si cette dénomination leur est désormais commune, il convient de savoir que les adeptes du catharisme étaient profondément non violent et n'ont donc bâti aucune forteresse. Mais durant la répression de l'église catholique, au XIIIe siècle, ils se sont souvent réfugiés dans les châteaux existant, ceux des seigneurs locaux qui étaient leurs protecteurs. De plus, les ouvrages que nous visitons aujourd'hui, sont ceux relevés par le pouvoir de la couronne de France, peu après le conflit armé. Fréquemment, ces châteaux sont sites de vertige. Ils ont nom Quéribus, Padern (pas toujours pris en compte), Aguilar, Villerouge-Termenès, Termes, Peyrepertuse, Arques, Puivert ou encore Puilaurens. Et quelques autres que je n'ai pas vu. Vite, partons à l'assaut !
Si Dame Carcas voit sa ville au siège des armées de Charlemagne, elle engraisse le cochon et le fait jeter par-dessus les remparts. Le siège, au moral alors anéanti s'en retourne et la paix peut être sauvée. Si telle est la fin de l'histoire, Dame Carcas sonne les cloches pour la nouvelle. Ainsi, la légende qui plane sur la cité... Carcassonne. Une journée entière pour visiter tant de recoins d'allures médiévales et décrypter l'architecture.
A Lagrasse, la rivière d'Orbieu est une franche séparation ; d'un côté s'épanche la cité médiévale, de l'autre le complexe de l'abbaye. Nous pouvons faire le lien en franchissant l courbe du vieux pont. Le château d'Arques est en fait une maison forte ; mais sa tour maîtresse est si imposante dans le paysage que l'ensemble est souvent appelé "donjon d'Arques".

(Ces photos sont datées de 2015)

Barbarossa tower is announcing Gruissan. The seaside cabins on stilts, concrete today, no longer fear the dyked tides. But they face with force any tramontanes and ... me too. Fontfroide, "cold fountain" or fresh water spring; the old well of the former Cistercian abbey remembers it, assembles around it the soft arches of the cloister. Initiated Benedictine in 1093, the complex received modifications until 1778, including a courtyard curiously named at the time of another kingdom, "Cour Louis XIV."
Cathar castles, or rather assimilated. If this naming is now common, it is necessary to know that the Cathars were deeply nonviolent and therefore have built no fortress. But during the repression of the Catholic Church in the thirteenth century, they were often refugees in existing castles, those of local lords who were their protectors. In addition, the constructions we visit today are those rebuilt by the crown of France, shortly after the armed conflict. Frequently, these castles are dizziness sites. They names are Quéribus, Padern (not always considered), Aguilar, Villerouge-Termenès, Termes, Peyrepertuse, Arques, Puivert or Puilaurens. And some others that I have not seen. Quick ! Let's assault!
If Dame Carcas sees her city at the siege of the armies of Charlemagne, she fattens the pig and make it thrown over the ramparts. The siege, morale devastated, go away and peace can be saved. If so is the end of the story, Dame Carcas rings the bells to announce the new. So is the legend that hangs over the city ... Carcassonne. A whole day to visit so many medieval-looking nooks and to decrypt architecture.
At Lagrasse, the river Orbieu is a clear separation; one hand develops the medieval city, the other the abbey complex. We can link them by crossing the curve of the old bridge. The castle of Arques is actually a stronghold; but his main tower is so imposing in the landscape that the whole construction is often called "the keep of Arques".

(These pictures were taken in 2015)